L'ADORATION EN ISLAM : QU'EST- CE- QUE L'ADORATION?

biba
lun. 20 fv. 2017
334
Sngal

Le concept d’adoration en islam est sans égal et ne se trouve dans aucune autre religion.  Il est à la fois mondain et spirituel, il concerne l’individu autant que la société, et autant l’âme que le corps.  L’adoration joue un rôle unique en islam et c’est à travers elle qu’une personne est considérée comme une véritable musulmane, qui vit en accord avec la volonté de Dieu.

On comprend l’importance de l’adoration lorsque l’on sait qu’elle a été prescrite dans toutes les religions révélées avant l’islam.  Dieu dit, dans le Coran :

« Nous avons envoyé à chaque nation un messager (pour lui dire) : « Adorez Dieu… » » (Coran 16:36)

L’adoration, en islam, comporte tant de facettes qu’il est difficile de les décrire toutes.  D’une façon générale, on peut dire que l’adoration, en islam, inclut tout ce qui plaît à Dieu, que ce soit au niveau des croyances profondes ou des actions comme telles.  Cela peut inclure ce qu’une personne a l’intention de faire, ce qu’elle perçoit, pense ou ressent, ce qu’elle dit ou fait.  Cela fait également référence à tout ce que Dieu exige des hommes, que ce soit au niveau des actes ou des croyances.  Cela inclut les rituels et les croyances, le travail et les activités sociales, et le comportement en général, puisque l’être humain est un tout, de sorte que chacune des parties qui le constituent affecte les autres.

L’adoration peut être classée en deux types:

1)    Des croyances et des pensées particulières, et des actes de dévotion manifestes que Dieu a ordonnés et qui sont faits dans le but de Lui plaire.

2)    Toutes les autres bonnes actions que, de façon générale, le musulman est encouragé à faire dans sa vie quotidienne.

La dévotion envers Dieu

Cet aspect de l’adoration implique d’accomplir certaines actions que Dieu a ordonnées, qu’elles viennent du cœur ou qu’elles soient extériorisées par des actes concrets.  Cet aspect de l’adoration ne se limite pas uniquement à suivre Ses commandements, mais aussi à délaisser ce qu’Il a interdit.  L’adoration, en ce sens, peut être définie comme tout ce qu’une personne croit, pense ou fait par obéissance envers Dieu.

Considérée de cette façon, l’adoration peut aussi être appelée « servitude », car il s’agit, essentiellement, de vivre sa vie dans un état de servitude totale envers Dieu, en faisant tout ce qu’Il nous commande de faire et en évitant tout ce qu’Il nous interdit, comme un serviteur qui se soumet à la volonté de son maître.  Toutes les créatures sont esclaves de Dieu, que cela leur plaise ou non, car elles sont toutes soumises aux lois qu’Il a établies au sein de Sa création :

« Aucun habitant des cieux et de la terre ne se rendra auprès du Tout Miséricordieux autrement qu’en serviteur. » (Coran 19:93)

« … se soumettent à Lui, de gré ou de force, tous ceux qui sont dans les cieux et sur la terre. »  (Coran 3:83)

Mais l’adoration diffère de la servitude en cela qu’elle doit être accompagnée d’amour et de crainte mêlée de respect.  Nul acte d’obéissance n’est considéré comme un acte d’adoration s’il n’est pas accompagné de ces sentiments.  Celui qui accomplit l’acte doit aimer l’accomplir et ressentir à la fois de l’amour et une crainte mêlée de respect envers Celui pour lequel il accomplit cette action.

C’est pour cette raison qu’il est important de souligner que le fait d’être adoré est un droit exclusif à Dieu.  L’islam adhère à la forme la plus stricte du monothéisme et ne tolère pas qu’un acte d’adoration s’adresse à un autre que Dieu.  C’est Dieu seul qui exige notre obéissance et c’est Lui seul qui mérite notre adoration.  Toute vénération adressée à d’autres divinités (ou objets d’adoration) que Dieu, que ce soient des demi-dieux, des prophètes, des anges, des saints, des martyrs ou leurs reliques, statues et portraits est considérée comme une violation du monothéisme et la personne qui s’en rend coupable a quitté la voie de l’islam.  Même si certains se justifient en prétendant adorer des saints parce que ceux-ci étaient proches de Dieu, ou adorer leurs reliques en souvenir d’eux, l’islam n’établit aucune distinction entre l’adoration directe et indirecte, ou inférieure et supérieure.  Toute adoration ou acte d’adoration, et toute obéissance doivent être dirigés uniquement et exclusivement vers Dieu.



Commentaires

Créer un compte


ou

Connexion


ou