Les lments obligatoires (fardh ou farata) du bain rituel

biba
mer. 12 nov. 2014
501
Sngal

Il s'agit des éléments dont le manquement entraîne l'invalidité de l'ablution majeure ainsi que de la prière accomplie après elle. Il pèse alors sur la personne l'obligation de reprendre le bain rituel et la prière. Sont considérés comme fardh dans l'accomplissement de l'ablution majeure les éléments suivants :
l'intention d'accomplir l'ablution car en Islam, il est de principe que « les actions valent en fonction des intentions qui les sous-tendent » (hadith reconnu authentique par consensus) ;


la continuité comme dans l'ablution ;


le fait de dégager les cheveux et poils et de rassembler à la main les tresses pour que l'eau touche la peau, mais il n'est pas nécessaire de les délier ;


le fait de frotter même après aspersion de l'eau avec du linge ou ce qui en tiendra lieu.
IV- Les éléments surérogatoires (sounna) du bain rituel
Sont considérés comme sounna dans l'accomplissement de l'ablution les éléments suivants :
l'invocation du Nom d'Allah avant de débuter l'ablution conformément au hadith selon lequel « Pas d'ablution à celui qui n'aura pas invoqué le Nom d'Allah » (Ahmad). Certains auteurs considèrent toutefois cet élément comme méritoire et non comme sounna ;


le lavage des deux mains pour commencer ;


le rinçage de la bouche en se gargarisant (galakh ndikou) ;


l'aspiration de l'eau par les narines (sorakh ndikou) ;


le rinçage, sans eau, du conduit des deux oreilles.
V- Le bain rituel recommandé
L'ablution majeure est recommandée :
Le vendredi : d'après un hadith considéré comme authentique par consensus.


Pour entrer en état de sacralisation (ihram) en vue du pélerinage (hajj ou omra).


Pour entrer à la Mecque et pour le stationnement d'Arafat à l'occasion du pélerinage.


A celui qui aura procédé au lavage d'un mort. Un hadith du Prophète (PSL) fait état de la nécessité pour lui d'accomplir le bain rituel.
On recommande en matière de bain rituel :

De commencer par enlever ce qui vous a souillé ;


Puis de passer aux membres en faisant, une seule fois une ablution mineure complète ;


Puis de commencer par laver ce qui est en haut du corps (au-dessus des organes génitaux) avant le bas et ce qui est à votre droite, avant le côté gauche ;


De laver trois fois la tête avec un peu d'eau, prélevée chaque fois sans limites précises ;


De laver les parties sexuelles à la suite de coït et avant de dormir, l'ablution mineure et non l'ablution sèche.
VI- Les éléments répréhensibles (makrouh ou sîbe) du bain rituel
Sont considérés comme répréhensibles les faits suivants :
L'accomplissement du bain rituel dans un endroit souillé (impur) de crainte d'être atteint par des impuretés au moment où l'on cherche à se purifier. En revanche, il est recommandé d'accomplir l'ablution dans un emplacement pur ;


Le gaspillage de l'eau, car le gaspillage en toute chose est prohibé. En revanche, il est recommandé d'utiliser un peu d'eau. Certes, il n'y a pas de limite fixe mais la quantité doit être raisonnablement suffisante sans excès ;


L'accomplissement du bain rituel dans de l'eau stagnante : « Que personne en état d'impureté majeure n'accomplisse son bain rituel dans de l'eau stagnante » a enseigné le Messager d'Allah (PSL) rapporté par Mouslim ;


L'accomplissement du bain rituel dans un endroit découvert (sans abri, ni rideau) : « Certes Allah est très pudique et aime la pudeur ; si quelqu'un d'entre vous doit accomplir le bain rituel, qu'il se couvre » rapporté par Abou Daoud ;


L'accomplissement du bain rituel avec les restes de l'eau précédemment utilisée par une femme pour se purifier.



Commentaires

Créer un compte


ou

Connexion


ou